sexologue.paris
01 45 61 09 57

Lorsque l'on est amené à parler d'éjaculation difficile ou "trop longue à venir", il convient d'être d'accord sur les termes utilisés...

Une éjaculation qui survient entre 15 et 30 minutes après la pénétration n'a rien d'exceptionnel : non seulement ce n'est pas anormal mais elle est même plutôt souhaitable pour un rapport épanouissant.C12

Rappelons qu'à l'inverse, un homme présentant une éjaculation trop rapide que l'on appelle "éjaculation précoce" voit son éjaculation survenir généralement moins d'une dizaine de minutes après la pénétration.

La principale conséquence de cette éjaculation qui survient trop vite reste que la partenaire n'a généralement pas le temps de parvenir véritablement à l'orgasme par pénétration.

 

 

 

Tout est relatif

 

Une femme qui a toujours connu des partenaires souffrant d'éjaculation précoce (éjaculation après 2 à 3 minutes) trouvera le plus souvent anormale une éjaculation qui surviendrait 20 minutes après la pénétration.

L'éjaculateur précoce a parfois tendance à penser de même, s'il n'a pas connaissance du problème qu'il rencontre.

Quand on parle véritablement du problème de l'éjaculation "trop longue à venir", on sous-entend davantage une "éjaculation pénible" ou "laborieuse".C14

Plusieurs cas peuvent se présenter : voyons les deux cas les plus caractéristiques et les plus couramment rencontrés.

 

 

 

Premier cas

 

Le premier cas concerne les difficultés d'éjaculation parce que l'érection a tendance à manquer de fermeté.

Par delà ses érections en "dents de scie", l'homme concerné a souvent le sentiment d'approcher du but final (de l'éjaculation), chaque fois que son sexe semble se raffermir.C15

Malheureusement, si les érections ont tendance à imiter les "montagnes russes", l'excitation sexuelle, elle aussi, suit le même trajet.

Énervement, essais de concentration : toutes les tentatives semblent vouées à l'échec.

 

 

 

Deuxième cas

 

Le deuxième cas pourrait être symbolisé par un désert qui s'étend à perte de vue, tel le cavalier qui galope, sans jamais atteindre son but (toujours l'éjaculation !)C31

L'homme concerné arbore une splendide érection, incapable pourtant de déclencher l'éjaculation.

Dans certains cas, l'éjaculation salvatrice survient après bien des vicissitudes.

Dans d'autres, nous pourrions dire que "le combat cesse faute de combattants" : l'homme ou sa partenaire se refusant d'aller plus avant, après avoir atteint un temps qu'ils estiment normal...

 

 

 

Un cercle infernal

 

Sur ce, l'appréhension vient se greffer au problème, ce qui prend l'aspect d'une spirale infernale : plus l'on redoute cette absence d'éjaculation ou ces "prolongations" interminables et plus l'on a de "chance" de les rencontrer au détour du chemin.H41

Exception faite du problème organique (rarissime, il est vrai !) auquel il faut toujours songer malgré tout, l'immense majorité de ces problèmes se règlent parfaitement bien, parce qu'il s'agit dans ce cas d'un blocage.

Pour ce qui est du problème d'origine organique, seul votre médecin est à même d'en établir précisément le diagnostic ; en cas de doute, n'hésitez pas à le consulter.

Il en va de même si cette absence d'éjaculation est consécutive à un traitement médical ou à une intervention chirurgicale (prostate).

Voyons maintenant le problème, en lui-même.

 

 

 

Origines du blocage de l'éjaculation

 

Il est rare qu'un tel problème surgisse en l'absence de tout signe avant-coureur, lesquels signes auront souvent été minimisés auparavant.C27

On trouve fréquemment à l'origine d'un tel problème, une éjaculation qui avait tendance autrefois à être plutôt rapide mais qui, en son temps a été, soit apparemment "maîtrisée" soit ignorée.

Il arrive aussi qu'un tel problème fasse suite à des difficultés d'érection, elles-aussi jugulées au fil du temps ou bien dont on n'a pas tenu compte à l'époque.

Quoi qu'il en soit, le problème reste toujours celui d'un blocage.

 

 

 

Résoudre UNE ÉJACULATION DIFFICILE

 

Citons enfin d'autres cas dont l'origine psychologique semble plus évidente : les suites d'adultère, de divorce, de déception amoureuse, la peur de ne pas être "à la hauteur", un désir de grossesse chez la femme non partagé par son compagnon, un engagement de vie commune non souhaité...F25

L'utilisation de préservatifs occasionne parfois ce genre de troubles passagers, tout comme l'étroitesse du vagin ou au contraire le relâchement des muscles vaginaux chez la partenaire...

Enfin, certains hommes ont eu tendance à "traumatiser" leur pénis pendant la masturbation (rapidité dans le rythme, stimulation excessive du frein...) : il est évident qu'au cours des rapports sexuels, ils ne retrouvent plus les mêmes sensations violentes qui les faisaient jouir seuls...

Dans le même ordre d'idée, certains hommes ont pris l'habitude de se masturber en se frottant sur un drap ou sur une serviette de toilette rugueuse : la rééducation leur permettra de découvrir que les sensations voluptueuses sont, elles aussi capables de leur permettre d'aboutir à une éjaculation.H45

En fait, peu importent les raisons qui ont conduit à ce blocage, il s'agit maintenant de le résoudre : c'est tout l'objet du sex-training.

 

 

 

 

PAS DE PSYCHOTHÉRAPIE

 

Contrairement à ce que certains pouraient envisager, nous n'allons pas entreprendre une psychothérapie pour résoudre des difficultés d'éjaculation  :

 

- d'une part, parce qu'il n'y a pas nécessairement un événement particulier, à l'origine de ce blocage ;F22

 

- d'autre part, ce n'est pas parce que nous parviendrions à découvrir une raison objective à ces difficultés que le problème en serait réglé pour autant ;

 

- enfin, parce que je pense que l'on peut parfaitement résoudre ce genre de problème beaucoup plus rapidement et concrètement, par la rééducation en sex-training.

 

A signaler malgré tout :

 

Sauf exception flagrante, la partenaire n'est aucunement à l'origine de ce problème : si l'homme n'éjacule pas ou s'il n'éjacule que difficilement, ce n'est pas parce qu'il n'aime pas sa partenaire ni qu'elle ne l'excite pas suffisamment.H23

Il s'agit plutôt d'une sorte de cercle infernal dont nous parlions plus haut : l'éjaculation tarde à venir, ce qui provoque de l'inquiétude, laquelle induit un premier blocage qui lui-même engendre un stress plus important, ce qui bloque encore davantage le processus de l'éjaculation, et ainsi de suite...

 

 Le cas le plus difficile que j'ai eu à traiter concernait un jeune homme de 17 ans qui non seulement n'éjaculait jamais lors de ses rapports mais de plus ne parvenait pas, non plus, à éjaculer lorsqu'il essayait de se masturber.

Nous savions malgré tout qu'il était en capacité d'éjaculer puisqu'il avait déjà constaté, à plusieurs reprises, des éjaculations nocturnes, pendant son sommeil.

C'est un problème que nous avons parfaitement résolu en quelques séances, ce qui tend à prouver que, même, dans les cas qui semblent fort complexes, il est souvent possible d'envisager des solutions.

 

Pour résoudre le problème, je vous donnerai des exercices de rééducation à faire SEUL, chez vous, que vous ayez ou non des rapports sexuels.

Comme pour les autres problèmes sexuels, le traitement d'une éjaculation "trop longue à venir" nécessite généralement moins d'une dizaine de séances.

 

 

L'absence d'éjaculation, suite à des problèmes organiques

 

 

 

En quoi consistent les exercices de sex-training ?

 

 

 

Votre premieRE SEANCE

 

 

 

Les difficultés d'érection